-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Explication de l’image Coeur d’Accueil de Jésus donnée par le Père Gratien Lajoie s,c



lundi 21 août 2017, par BUTERA MATHIAS



Qui a été le père spirituel de Mme Micheline Boisvert ?



« Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a révélé » (Jn 1,18).
Peut-on représenter Dieu qu’on n’a jamais vu ?
Dans la scène de la Création d’Adam, Michel-Ange n’a pas hésité de donner un « corps » au Créateur, qui pourtant est Pur Esprit. Dans un moment de grande intensité, il le représente, tendant l’index de sa main au premier Homme, fait de terre, dans l’acte de lui communiquer l’étincelle de Vie…


Dans le livre de Daniel, l’Éternel apparaît au prophète sous l’aspect d’un vieillard aux cheveux blancs : « Je continuai à regarder ; des trônes furent disposés et un vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige et les cheveux de sa tête, comme la laine immaculée ; son trône était de flamme de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des centaines de milliers les servaient, des milliers de milliers de myriades se tenaient devant lui » (N 7,9)


On remarquera que les théophanies de l’Ancien Testament ont pour cadre naturel le feu, symbole de l’amour divin.


Au cours d’une de ses grandes saisies, Micheline Boisvert a reçu, elle aussi, une image intérieure où il lui fut montré le Père offrant à la terre le Cœur de son Fils bien-aimé. Et c’est sur les indications précises de la voyante, que l’artiste peintre portraitiste Richard Goudreau a pu réaliser cette représentation, connue désormais sous le titre de « Image du Cœur d’Accueil de Jésus, Don du Père Tout-Puissant.
À notre humble avis, cette image a valeur d’icône. Pour qui sait lire avec les yeux du cœur, il découvrira un message important « caché aux sages et aux intelligents, mais facilement révélé aux tout-petits du Royaume » (Mt 11,25).


Trois éléments principaux composent cette image : le Père, le Cœur et la Terre.
Le Père : Penché légèrement en avant, comme suspendu dans le ciel avec sa toute-puissance de Lumière, le Père, mains étendues, laisse descendre un grand Cœur rouge éclatant vers la Terre, recouverte d’épaisses ténèbres. Dans le creux de ses mains, jaillissent de puissants rayons, qui ne sont pas sans rappeler les paroles du prophète Habacuq : « Son éclat est pareil à la lumière ; deux rayons sortent de ses mains, là se tient cachée sa puissance » (Ha 3,4).


Le Cœur : Une éclatante couronne d’épines tout en or encercle le grand Cœur, et des épines, jaillissent d’intenses rayons de lumière qui viennent inonder la terre inerte. Ces signes nous disent sans doute l’amour excessif du Sauveur et les souffrances indicibles infligées à son Chef adorable, durant sa Passion ; et voici maintenant que nous participons à la Victoire du Grand Prêtre qui est entré dans le saint des saints pour recevoir du Père sa récompense : « Tu as couronné le Christ de gloire et d’honneur » (He 2,7-9) et Ps 8,5-7). Dans les messages, la couronne d’épines est présentée comme une protection pour les personnes et aussi pour les pays qui sont sur le point d’entrer dans l’épreuve de la grande purification, annoncée par les prophètes de notre temps.


La Terre : Elle ne peut par elle-même être lumière, car elle est assujettie à la « vanité », selon le mot de saint Paul (cf Rm 8,20). C’est donc avec une grande joie que nous accueillons les grandes manifestations du Cœur du Christ, Roi de l’univers : « Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres et nous a transférés dans le royaume du Fils de son amour ; en qui nous avons la délivrance, la pardon des péchés » (Col 1,13).


En quoi consiste le Cœur d’Accueil de Jésus ? Dans ces temps de grandes tribulations, le Père très aimant fait descendre sur l’humanité le Cœur de son Fils bien-aimé, qui vient accueillir en nous et pour nous, les toutes-puissances de grâces et de lumière qu’il réserve présentement à ses enfants de la terre. Beaucoup parmi ceux-ci se sont égarés et n’ont plus le désir de recevoir dans leur cœur tout l’amour du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Dans les messages reçus, le Cœur d’Accueil est présenté comme une « bouée de sauvetage » pour aller chercher tous ses enfants que l’adversaire plonge lamentablement dans les abîmes de la souffrance, de l’angoisse et du désespoir pour les perdre à jamais. Quel père resterait indifférent à un tel sort ! « Dieu a tant aimé le monde qu’il nous a donné son Fils, son Unique, afin que tout homme qui croit en Lui, ne périsse pas mais ait la vie éternelle » (Jn 3,16).


Jésus vient donc avec son propre Cœur. Lui seul peut accueillir l’Amour Pur du Père, qui se manifeste particulièrement dans la toute-puissance de l’eucharistie. N’est-il pas l’unique Médiateur ? « Par Lui, avec Lui et en Lui » (prière eucharistique).


Le Cœur de Jésus veut accueillir l’offrande de nos personnes et de tout ce qui nous concerne. « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous donnerai le repos. Prenez mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger » (Mt 11,28).


Nous savons que Jésus attache une telle importance à l’accueil qu’il en fait une condition d’identification à sa personne. « Qui vous accueille, m’accueille moi-même, et qui m’accueille, accueille Celui qui m’a envoyé » (Mt 10,40). Dans le Cœur du Christ, qui s’est offert sur la Croix, le Père vient à nous et nous attire en ce lieu « en qui réside toute la plénitude de la divinité » (Col 2,9). Le Cœur de Jésus est « le Roi et le Centre de tous les cœurs » (He 2,8).


Beaucoup de gens qui ont reçu le Cœur d’Accueil nous disent leur joie de prier d’une façon toute nouvelle avec le mot « accueil ». Cela les détourne d’eux-mêmes pour se centrer sur le Christ. « Viens Père en moi avec le Cœur d’Accueil de ton Fils bien-aimé, je consens à te donner toute la place. »


Donnons notre réponse d’amour à Celui qui a dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15,13


Père Gratien Lajoie



Frère du Sacré-Coeur



Voir en ligne : Association Coeur d’Accueil de Jésus



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document